© 2019 by Christophe Martin. Proudly created with Wix.com

extraits

Murjane

prologue

SAINT-MICHEL

 

AL

le pouvoir est dans la rue

 

ANTOINE

où ça

 

AL

sous les pavés la plage

 

HENRI

place quoi

 

ANTOINE

la plage du champ de mars

 

AL

je jouis dans les pavés

 

HENRI

c’est dégueulasse

 

AL

ce n’est qu’un début continuons le combat

 

HENRI

vous cherchez quoi monsieur

 

AL

du bonheur et rien d’autre

 

ANTOINE

excusez-moi

 

AL

le bonheur est une idée neuve

 

ANTOINE

c’est un fou viens

 

AL

mort aux tièdes

 

HENRI

attends c’est à moi qu’il parle il m’a insulté là tu l’as entendu comme moi

 

AL

la parole est un cocktail Molotov

 

HENRI

je vais lui péter la gueule

 

ANTOINE

il n’a pas toute sa tête

 

AL

enragez-vous

 

HENRI

tu comprends ce qu’il dit

 

AL

prenez vos désirs pour des réalités

 

HENRI

qu’est-ce qu’il raconte

 

ANTOINE

vous êtes sûr que vous allez bien monsieur

 

AL

d’abord contestez-vous vous même

 

HENRI

il se fout de notre gueule

 

ANTOINE

qui c’est ce type tu l’as déjà vu

 

AL

je suis marxiste tendance Groucho

 

ANTOINE

qu’est-ce que vous faites

 

AL

tout et tout de suite

 

HENRI

quoi

 

AL

nous décrétons l’état de bonheur permanent

 

ANTOINE

l’état de bonheur permanent

 

AL

vivre sans temps morts jouir sans entraves

 

HENRI

jouir il est complètement déjanté

 

ANTOINE

vous voulez qu’on vous aide

 

AL

soyez réalistes demandez l’impossible

 

HENRI

tu vois il en est conscient

 

AL

quand le monde merveilleux devient quotidien c’est qu’il y a révolution

 

ANTOINE

la révolution c’est complètement dépassé

 

AL

changer la vie c’est transformer son mode d’emploi

 

HENRI

il a bu

 

AL

il faut du rouge pour sortir du noir

 

ANTOINE

il n’y a plus rien à changer tout est pourri

 

AL

l’imagination au pouvoir

 

HENRI

le pouvoir aussi est pourri il faut se mettre au goût du jour c’est la merde partout

 

ANTOINE

tu exagères un peu ça sert à rien de discuter avec lui

 

AL

exagérer c’est commencer d’inventer

 

HENRI

je ne sais pas ce que tu vas inventer il n’y a plus rien à inventer il n’y a plus rien à faire tout est dit envolée l’imagination il n’y a plus d’imagination

 

AL

les motions tuent l’émotion

 

HENRI

je suis d’accord avec toi on ne doit plus rien attendre d’eux et de leurs machins

 

ANTOINE

viens on y va

 

HENRI

attends lâche-moi je peux discuter avec lui

 

ANTOINE

il faudrait les interdire ces mecs-là

 

AL

il est interdit d’interdire

 

HENRI

tu as entendu je discute avec mon ami

 

ANTOINE

très bien j’y vais

 

AL

cours camarade le vieux monde est derrière toi

 

ANTOINE

toi ferme ta gueule ou je t’en mets une

 

AL

l’encre s’enrage la rage s’encre

 

HENRI

laisse-le reviens j’arrive

 

AL

professeurs vous êtes vieux et votre culture aussi

 

ANTOINE

vite on court

 

AL

mettez un flic sous votre moteur

 

HENRI

mai soixante-huit c’était quand

© Christophe Martin, 1993