© 2019 by Christophe Martin. Proudly created with Wix.com

pièces

Mortel

Ce texte est une commande de Bruno Lajara, de la compagnie Vies à vies pour le festival « Petit petit petit… » à Gare au Théâtre à Vitry-sur-Seine, festival de théâtre au mètre carré, chaque pièce ne devait pas excéder 7 minutes et se jouer sur un espace d’un mètre sur un.

Un couple est venu au bord d’une falaise pour se suicider. Très vite, il semble que l’homme soit moins déterminé que la femme à sauter le pas. L’échange entre les protagonistes est rapide et comique en raison des incohérences de leurs motivations. Ils sont jeunes, ils s’aiment, tout ceci est absurde. Pourquoi ne pas remettre à demain et profiter du soleil ?

Questions fondamentales.

On ne décide pas de vivre, peut-on décider de mourir ? Mourir est-il le seul moyen de montrer qu’on existe ? Mourir est-il un beau projet plein d’avenir ? Vaut-il mieux se laisser mourir ou se laisser vivre ? Quelle est la différence ? Veut-on se tuer parce qu’on se déteste ou parce qu’on s’aime trop ? Comment s’opère le passage du « je n’ai pas envie de mourir parce que je suis follement amoureux(se) ou heureux(se) » à « je suis trop amoureux(se) ou heureux(se) pour pouvoir continuer à vivre » ? N’est-ce pas scandaleux de vouloir mourir d’amour quand d’autres veulent mourir à cause de leur misère affective ou sociale ? Les jeunes gens d’aujourd’hui n’ont-ils pas d’autres raisons de vouloir mourir qu’un trop-plein d’amour ou de bonheur ? Ne veut-on pas mourir quand on pense qu’on est immortel ? A-t-on peur de la mort quand elle prend la forme d’un précipice ? Ne s’aperçoit-on pas alors qu’on est mortel ? Est-on mortel ? Mortel ? Tel ? ... ?

2 personnages (1 femme, 1 homme), 9 pages.

 

Édité par Gare au théâtre, série « les petits » (septembre 1998).

 

Création par Bruno Lajara, compagnie Viesàvies, à Vitry-sur-Seine (94), Gare au théâtre, festival Petit petit petit, le 11 septembre 1998.