© 2019 by Christophe Martin. Proudly created with Wix.com

pièces

Une main ouverte et un poing fermé

Cette pièce a été écrite dans le cadre des Rencontres à la Cartoucherie. J’avais envie de travailler sur le thème de la violence, urbaine, quotidienne, j’ai proposé ce sujet et Xavier Marcheschi, du Studio-Théâtre de Stains a eu envie de collaborer avec moi sur ce sujet. Pièce courte puisque les spectacles des Rencontres ne doivent pas excéder vingt minutes.

Les personnages sont en lutte, défavorisés, avec l’impression d’être des laissés pour compte de la société. Ils s’affirment comme ils le peuvent et la violence est souvent pour eux une solution, parfois aussi une facilité mais toujours un risque. Plongés dans des situations extrêmes, paroxystiques, des conflits aigus, les personnages laissent éclater leur rage, leur colère ou au contraire leurs peurs, leurs faiblesses, ils ne se maîtrisent plus, ils sont dépassés par les événements, par leurs pulsions.

Nous, artistes, intellectuels, habitués du théâtre et de la fiction, bref privilégiés, sommes peu confrontés à cette violence quotidienne, à cette lutte pour la vie, à cette survie de l’instant, où l’affirmation de soi passe par l’agressivité, la domination, la force et la puissance. Comment peut-on traiter cette violence sur un plateau de théâtre, comment l’interpréter, comment une situation violente parvient aux spectateurs ? Le théâtre, plus que d’autres formes d’art, de par sa proximité et la présence charnelle de l’acteur, peut-il sensibiliser les gens à cette violence quotidienne ? Cette violence est-elle normale, est-elle acceptable, est-elle fondatrice, débouche-t-elle sur un mieux-être ou est-elle uniquement destructrice, pour la société et pour les êtres ?

5 personnages (2 femmes, 3 hommes), 21 pages.

 

Création par Xavier Marcheschi à Paris, Théâtre de la Tempête, Rencontres à la Cartoucherie, le 20 juin 1997.